Partagez

Restez informés

  • L’accord UE-Mercosur n’est toujours pas abandonné. La France doit faire plus.

    L’annonce de l’arrêt des négociations par l’Elysée et le démenti de la Commission européenne, puis les déclarations d’Emmanuel Macron et Gabriel Attal affirmant qu’ils avaient bloqué la signature imminente de l’accord sont source d’une grande confusion. Raison pour laquelle nous relayons ici la note de décryptage produite par l’Aitec : Accord UE-Mercosur : Où en est-on du processus de négociation ? Qui le soutient en Europe ? Qui s’y oppose ? La France peut-elle le bloquer seule ? La France souhaite-t-elle son abandon ? Dans cet article, vous trouverez un résumé des questions/réponses qui se posent.

  • UE-Mercosur : l’Elysée prétend que les négociations ont été « stoppées ». La Commission dément

    Selon le media Politico, l’Elysée a annoncé que la Commission européenne aurait stoppé les négociations avec les pays du Mercosur. Cette annonce a de quoi surprendre alors qu’un round de négociation de haut-niveau s’est tenu ces 25 et 26 janvier au Brésil et que les négociateurs seraient proches de conclure. Cette annonce de l’Elysée pose par ailleurs de nombreuses questions : Les négociations sont-elles suspendues ? Jusqu’à quand ? Sont-elles abandonnées ? Définitivement ? La France va-t-elle retirer son appui au mandat de négociation dont la Commission dispose ? Quid des dizaines autres accords en vigueur, en cours de négociation et/ou de ratification ?

  • Accord UE-Mercosur : l’exécutif se dit « contre » à Paris mais est aux abonnés absents à Bruxelles

    Le Premier ministre Gabriel Attal vient de rappeler l’opposition de la France au très nocif accord de libéralisation du commerce entre l’Union européenne et les pays du Mercosur. Pourtant, la Commission européenne a affirmé cette semaine vouloir conclure ces négociations d’ici à fin février. De nouvelle réunions entre les négociateurs en chef de l’UE et du Mercosur se sont même tenues ces jeudi 25 et vendredi 26 janvier au Brésil, dans la plus grande opacité. Emmanuel Macron avait promis de « bloquer » ces négociations. Ce n’est manifestement pas le cas.

  • Accord UE-Mercosur : à nouveau repoussé, mais pas abandonné. L’UE vise fin février pour le finaliser.

    Le pire a été évité : grand était le risque de voir l’UE et les pays du Mercosur conclure l’accord de libéralisation du commerce entre les deux blocs en cette fin d’année 2023. Finalement, aucun accord n’a été trouvé. C’est une bonne nouvelle mais pas la fin de l’histoire puisque l’UE et les pays du Mercosur appellent à une finalisation de l’accord d’ici février 2024. Les organisations de la société civile opposées à cet accord ne sauraient l’accepter.

  • Accord UE-Mercosur : la France soutient-elle la relance des négociations ?

    Dans une lettre ouverte rendue publique ce lundi 27 novembre, vingt-trois organisations de la société civile écrivent au ministre français du commerce extérieur, Olivier Becht, pour lui demander des explications sur la reprise des négociations UE-Mercosur et des garanties sur la transparence de celles-ci.

  • Accord UE-Mercosur : où en est-on ? Des négociations en totale opacité.

    C’est dans la plus grande opacité et derrières portes closes que des négociations ont repris et vont s’intensifier, sur un rythme hebdomadaire, quant à l’avenir de l’accord UE-Mercosur qui concerne des centaines de millions d’Européens et de sud-américains : en ramenant à zéro les droits de douane sur 90 % des biens échangé entre les deux continents, cet accord instituerait un marché de 720 millions de consommateurs. Après l’élection de Lula en novembre 2022, la Commission européenne avait fait du premier (...)

  • Accord UE-Mercosur : Emmanuel Macron doit arrêter de faire semblant !

    La Commission d’experts voulue par Emmanuel Macron pour évaluer l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) rend son rapport ce vendredi 18 septembre. Le constat est implacable : une « occasion manquée » en matière environnementale et sanitaire qui devrait accélérer la déforestation dans les pays du Mercosur, alors que l’accord ne comprend « aucune mesure effective pour la mise en œuvre des engagements climatiques ». Ce rapport (...)

  • Accord UE-Mercosur : après avoir dit Non à Paris, la France doit le bloquer à Bruxelles

    A l’occasion de la remise du rapport de la commission d’évaluation de l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur, le gouvernement a indiqué rester « opposé au projet actuel », en pointant le problème « majeur » de la déforestation et en formulant trois « exigences » pour poursuivre le processus de finalisation et de ratification de cet accord. Pour le collectif Stop CETA/Mercosur, s’opposer verbalement depuis Paris à un accord si problématique n’est pas suffisant. Il est (...)

  • Accord UE-Mercosur : derrière la confusion, où en est-on ? Réponse en 10 questions.

    La confusion règne. Le vendredi 18 septembre, suite à la remise d’un rapport d’évaluation relativement critique sur l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les États du Mercosur, le gouvernement a d’abord laissé entendre qu’il s’opposait à cet accord : « il n’y aura pas d’accord au détriment de notre planète » a affirmé la ministre de la transition écologique Barbara Pompili.
    Le mardi suivant, Franck Riester, ministre du commerce extérieur, laissait pourtant la porte ouverte en indiquant ne « pas (...)

  • Stop accord UE-Mercosur : demandons aux collectivités territoriales de s’engager

    Alors que la pandémie de coronavirus a révélé au grand jour les fragilités économiques, sociales et sanitaires engendrées par la mondialisation néolibérale et productiviste, à Bruxelles, la Commission européenne cherche à sauver l’accord UE-Mercosur. Au moment où les promesses de « relocalisation » et de régulation de la mondialisation sont progressivement mises en sourdine, l’accord UE-Mercosur, pourtant largement rejeté par l’opinion publique, est encore loin d’être enterré. Alors qu’Emmanuel Macron va (...)

  • Interpellez Emmanuel Macron et le gouvernement pour exiger l’abandon de l’accord UE-Mercosur !

    (mise à jour du chapeau : mars 2021)
    Emmanuel Macron a affirmé le 29 juin aux 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le Climat : « sur le Mercosur, j’ai stoppé net les négociations ». Pourtant, les discussions se poursuivent entre les décideurs européens et le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay afin de ne pas renoncer à cet accord de libre-échange, largement rejeté par l’opinion publique, et qui fait peser de lourdes menaces écologiques, sociales, sanitaires et démocratiques. Abandonner (...)

  • Kit de mobilisation et visuels

    À télécharger ci-dessous :
    Kit de mobilisation : « Agissons pour l’abandon de l’accord UE-Mercosur lors du Conseil de l’UE du 9 novembre ! » ;
    Visuels à imprimer ou à utiliser sur les réseaux sociaux :
    Visuel « Abandonnez l’accord UE-Mercosur »
    Visuels "UE-Mercosur c’est...
    Plus de viande importée
    Plus de pesticides dans l’assiette
    Déforestation et crise climatique
    Plus de concurrence et moins de revenus pour les paysan-ne-s
    Légitimer la violation des droits humains
    Affaiblir les (...)

  • Vers une première victoire contre l’Accord UE-Mercosur

    Communiqué de presse du collectif national Stop CETA Mercosur
    C’est ce lundi 9 novembre que les ministres du commerce des pays de l’UE, réunis en vidéoconférence, devaient enclencher le processus de ratification de l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay). Cela n’est pas le cas : alors que la présidence allemande de l’UE en avait fait une priorité, aucun vote n’a eu lieu en raison des trop vives oppositions exprimées dans de (...)

  • Accord UE-Mercosur : Près de 200 économistes demandent à la Commission de revoir sa copie

    Alors que la Commission européenne et les ministres du commerce des pays de l’UE veulent sauver le projet d’accord UE-Mercosur plutôt que l’abandonner (lire ici), près de 200 économistes de nombreux pays expliquent dans cette lettre ouverte combien les données utilisées pour justifier cet accord sont fragiles et largement infondées. Ils appellent la Commission à réaliser une étude d’impact plus sérieuse.
    Cette lettre ouverte a été initialement publiée par Médiapart. Elle existe en de nombreuses langues (...)

  • Accord UE-Mercosur : ce n’est pas fini ! Redoublons d’efforts !

    A l’automne 2020, la Commission européenne et la présidence allemande de l’UE n’ont pas été en mesure de finaliser l’accord UE-Mercosur et ouvrir le processus de ratification. Cette première victoire n’a pourtant pas enterré ce projet d’accord. La Commission, soutenue par certains États-membres de l’UE favorables à l’accord, et avec le consentement de certains autres, dont la France, qui souscrivent à l’idée de le modifier à la marge, multiplie les initiatives pour sauver l’accord UE-Mercosur. Les prochains (...)

  • La France est-elle en train de se rallier à l’Accord UE-Mercosur ?

    La France est-elle en train de négocier en catimini les conditions de son ralliement à l’Accord UE-Mercosur ? Selon un « document de travail » émanant du Ministère du commerce extérieur, la France semble accepter de sauver cet accord controversé, aux côtés de la Commission qui s’y emploie avec détermination : sous couvert de contreparties qui ne changent pas l’économie générale de cet accord inacceptable, la France accepte de ne pas rouvrir la négociation sur le contenu de l’accord. Le collectif national (...)

  • [NOUVEAU] 450 organisations lancent la coalition STOP UE-MERCOSUR

    Ce lundi 15 mars, plus de 450 organisations de la société civile des deux côtés de l’Atlantique, dont une cinquantaine en France, rendent publique par une déclaration conjointe une coalition transatlantique contre l’accord de libéralisation du commerce UE-Mercosur

  • Bruxelles veut ressusciter l’accord UE-Mercosur. Et la France ?

    Alors que le réchauffement climatique frappe durement nos pays, nous apprenons que Bruxelles se mobilise pour ressusciter l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) qui va aggraver l’urgence climatique, la déforestation et les droits des populations. L’agence Reuters de plus de 10% en 2022 par rapport à 2021, année déjà [record->https://imazon.org.br/imprensa/desmatamento-na-amazonia-cresce-29-em-2021-e-e-o-maior-dos-ultimos-10-anos. (...)

  • Accord UE-Mercosur : vers un coup de force antidémocratique de la Commission européenne ?

    210 organisations de la société civile appellent les gouvernements et les décideurs européens à s’opposer à la démarche de la Commission européenne visant à accélérer la ratification et la mise en œuvre les accords de libéralisation du commerce entre l’UE et l’Amérique latine en contournant les parlements nationaux et en supprimant le droit de veto des États membres : « Non à ce coup de force antidémocratique ».

  • Alerte UE-Mercosur : pourquoi est-il est urgent de se remobiliser ?

    La Commission européenne et plusieurs États-membres de l’UE souhaitent profiter de l’élection de Lula au Brésil pour ressusciter l’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay). Depuis 2019, ce projet d’accord avait de fait été gelé en raison de la mobilisation de la société civile dénonçant ses conséquences tant sur le plan écologique et social, qu’en termes de violations des droits humains, et en raison de la situation politique au Brésil. Mais (...)

  • Accord UE-Mercosur : des pesticides interdits en Europe reviennent via les produits agricoles importés

    Voilà une nouvelle illustration de l’effet boomerang avec lequel des pesticides interdits d’utilisation en Europe mais toujours produits sur le sol européen reviennent via des produits agricoles contaminés par de nombreux résidus de pesticides. Une nouvelle étude (en .pdf) sur les citrons vers importés du Brésil montre que des substances toxiques, dont certaines ne sont pas autorisées dans l’UE, sont exportées vers le Brésil et renvoyées en Europe sous forme de résidus dans les denrées alimentaires. Ce (...)

  • Pour une alternative à l’accord de libéralisation du commerce UE-Mercosur

    La Commission européenne et plusieurs États européens veulent ressusciter l’accord UE-Mercosur, quoi qu’il en coûte. Plus de 170 organisations des deux côtés de la l’Atlantique appellent au contraire à abandonner cet accord obsolète et nocif et à fonder nos relations politiques, commerciales et géopolitiques sur de nouveaux principes : Solidarité, Égalité, Coopération, Soutenabilité, Démocratie afin de « de garantir une bonne vie pour tous ».

  • ANALYSE JURIDIQUE : la Commission européenne va-t-elle changer les règles du jeu pour ratifier l’accord UE-Mercosur quoi qu’il en coûte ?

    Tour de passe-passe antidémocratique. Une nouvelle analyse juridique commandée par la coalition européenne StopEUMercosur, dont l’Aitec et le collectif national Stop CETA-MERCOSUR, montre que les velléités de la Commission européenne visant à modifier les règles du jeu de la ratification de l’accord UE-Mercosur en vue de contourner l’opposition des États et des parlements de l’UE violent son mandat.

  • Accord UE-Mercosur : la France tient-elle un double discours ?

    A l’occasion d’un déplacement au Brésil ces 5 et 6 juin, le ministre délégué au commerce Olivier Becht a affirmé vouloir « se donner du temps » pour finaliser l’accord UE-Mercosur. Loin d’exclure qu’un tel accord de libéralisation du commerce, souvent résumé en un accord « viande contre voitures » puisse voir le jour, le ministre du commerce laisse même entendre que la France pourrait s’y rallier.

  • Mobilisations de la société civile les 17 et 18 juillet à Bruxelles

    Stop aux accords de libre-échange Mobilisations de la société civile les 17 et 18 juillet à Bruxelles en parallèle du sommet UE-Amérique latine-Caraïbes #EUCELAC
    [Télécharger notre dossier d’information comprenant tout ce dont vous avez besoin sur le sommet UE-CELAC, l’actualité des négociations UE-Mercosur, UE-Mexique, UE-Chili.
    Les 17 et 18 juillet, les représentants des gouvernements d’Amérique latine, des Caraïbes et de l’UE se réunissent à Bruxelles pour le troisième sommet UE-CELAC. De nombreux (...)

  • Mobilisations réussies les 17 et 18 juillet à Bruxelles

    A l’occasion du sommet des chefs d’État et de gouvernement UE-Amérique latine et Caraïbes (UE-CELAC) de ces 17 et 18 juillet, les organisations de la société civile des deux côtés de l’Atlantique se sont retrouvés conjointement à Bruxelles pour affirmer que les accords de libéralisation du commerce et de l’investissement que Bruxelles négocie avec les pays d’Amérique latine : UE-Mercosur, UE-Chili, UE-Mexique, font partie d’un modèle commercial dépassé qui conduit les populations et la planète dans (...)

  • Sept raisons de dire STOP à l’accord de libre-échange UE-MERCOSUR

    L’accord UE-Mercosur n’est toujours pas mort. Des négociations de haut-niveau ont même repris pour tenter à nouveau de le ressusciter. Avec plusieurs partenaires européens, nous publions donc une courte brochure « Les 7 raisons de STOP à l’accord de libre-échange UE-MERCOSUR ». A télécharger ici et à utiliser sans modération.
    Après plus de 20 ans de négociations, l’Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) sont parvenus en 2019 à un accord politique sur un traité de (...)

  • 2-9 novembre : Semaine de pression pour l’abandon de l’Accord UE-Mercosur

    L’accord de libéralisation du commerce entre l’UE et les pays du Mercosur est loin d’être enterré : les ministres du commerce des États-membres de l’UE, qui se réunissent ce lundi 9 novembre, ne veulent pas « jeter à la poubelle 10 ans de travail » et tentent de sauver un accord pourtant profondément rejeté par l’opinion publique. Les organisations de la société civile européenne et du Mercosur organisent une « semaine de pression » du 2 au 9 novembre pour exiger l’abandon pur et simple de ce projet d’accord (...)

  • 78% des personnes interrogées pour abandonner l’accord UE-Mercosur

    Selon un sondage publié ce jeudi 10 septembre, 78% des personnes interrogées en France veulent que l’accord visant à libéraliser le commerce entre l’Union européenne et le Mercosur soit abandonné. Réalisé dans quatre pays européens (France, Allemagne, Pays-Bas et Espagne), avec des résultats similaires pour chaque pays, le sondage mené par Yougov et SumofUs dresse clairement l’horizon à suivre pour Bruxelles et les États-membres : ne plus approfondir la mondialisation néolibérale et productiviste au (...)